Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Billets Dumeur

Chère madame la nutritionniste

Je misais de grands espoirs en allant chez vous, mais j'ai été déçue, tellement déçue que vous m'avez inspirée ce billet. Vous ne le lirez pas parce qu'a priori vous n'avez pas l'internet ni l'électricité chez vous, car vous ne connaissez même pas le concept de l'index glycémique, une nutritionniste DIABETOLOGUE qui n'a jamais entendu parler de ça, je pensais pas que ça pouvait arriver, comme le fait de caler avec une voiture automatique...

Hé ben si faut croire.

Des troubles alimentaires j'en ai connu en pagaille. Dès l'enfance, et puis surtout quand je suis devenue une jeune femme ; typique me direz-vous quand on est une nana dans un pays occidental non ? On passe notre temps depuis notre enfance à nous culpabiliser sur la cellulite, les – 5kilos en trop et les cuisses qui se touchent. Moi aussi j'ai été contaminée par ça, et là, ayant passé une certaine barrière psychologique, celle du surpoids, et ayant fait pas mal de conneries en matière de régimes, je me suis dit que pour une fois j'allais consulter un expert.

TOUT LE MONDE le recommande, il vaut mieux consulter un spécialiste, un fameux médecin, avant d'entreprendre un régime.

Sauf que moi j'ai jamais évoqué le mot « régime » durant la « consultation ». J'ai dit : « je voudrai que vous me disiez quels sont mes besoins nutritionnels au jour d'aujourd'hui avec mon poids actuel pour savoir comment ne pas regrossir, et ensuite que vous me disiez si je veux perdre quelques kilos en très très longtemps, de combien de glucides/protéines/lipides j'ai absolument besoin par jour pour faire tourner la baraque et ne pas m'épuiser dès que je monte un escalier ? ».

C'est à peu près ce que j'ai dit.

Ca ne me paraissait pas compliqué comme question, hé ben si. Histoire que vous connaissiez bien mes antécédents je vous ai parlé de mon anorexie à 18 ans, du comptage obsessionnel des calories qui a ensuivi pendant quelques années, du jenfoutage de ce que je mangeais qui a duré quelques temps et pendant lequel J'AI PRIS 0 KILOS, et enfin de ma fracture de cheville qui a empêché toute activité physique et qui m'a fait stagner à 63 kilos pendant des années.

Là aussi je m'en suis foutue. Jusqu'à avoisiner les 70. Je m'en suis foutue et puis... plus foutue, fallait absolument que je revienne à mon poids de jeune fille. Et j'y suis arrivée, avec un régime Montignac à 1400/1500 calories par jour, et à 140 grammes de glucides quotidiens, moins de protéines et moins de lipides et... j'ai failli tomber dans les pommes plein de fois, et je me suis déprimée, et j'étais épuisée aussi parce que je traversais une des plus pires périodes de ma vie depuis longtemps.

Pourquoi d'ailleurs Y'A PAS UN FOUTU SITE INTERNET OU UN PUTAIN DE MAGAZINE FEMININ qui déconseille formellement les régimes quand c'est la merde dans ta vie de famille et que tu cumules les deuils hein ???? Des putains de machines, voilà ce que nous sommes pour vous, des putains de machines obsédées par les cuisses qui se touchent, complètement formatées par des images paternalistes depuis l'enfance.

Donc après le Montignac qui n'a absolument pas pris en compte mon activité physique (la méthode des IG bas est excellente pour une alimentation saine, je l'ai continuée d'ailleurs, mais alors le coaching Montignac au secours, c'est le même copié/collé pour tout le monde), j'ai du rebouffer, vu que j'avais du mal à faire 10 mètres sans avoir d'étourdissements. Et devinez quoi ? J'ai gardé un poids de sylphide et mes cuisses se sont ignorées. AHAHAHAHAHA non c'est pas vrai, j'ai tout repris, surtout qu'en parallèle j'ai du reprendre un contraceptif hormonal bourré de progestérones, je ne vous raconte pas le carnage !

Tant bien que mal j'ai quand même réussi à stabiliser mon poids mais ça s'est fait au détriment de ma santé physique et mentale, car de temps à autre je me tape des monumentaux coups de barre, des déprimes, et bizarrement quand je remange, ça va mieux. Oui parce que figure toi madame la nutritionniste, que je fais n'importe quoi avec mon alimentation pour éviter la reprise de poids et que j'alterne diète et alimentation normale, d'où le yoyo je pense, mais sans jamais taper dans les merdes industrielles, chips et compagnie.

Enfin je sais pas, c'est toi le MEDECIN EXPERT, qu'est-ce que t'en dis ????

A l'issue de toutes mes confessions sur le sujet où tu m'as regardée d'un air froid sans aucun signe d'empathie, t'as juste dit : « bon vous allez faire une prise de sang et vous allez redescendre à 1300 calories par jour ».

Voilà ce que t'as dit, la diplômée à bac + des dizaines d'années qu'est même pas foutue de connaître l'index glycémique, ni de calculer la composition des aliments : quand je t'ai décrit ce que je bouffais à chaque repas, t'as ramé sérieux avec tes petits chiffres dans la marge qui ne voulaient rien dire, moi ancienne anorexique j'ai une calculette nutritionnelle dans la tête, tu croyais me la faire sérieux ?

1300 calories. Retour à l'envoyeur, vive les vaches maigres !

Interloquée je t'ai fixée dans les yeux et je t'ai dit : « 1300 calories ??? mais je vais faire comment pour faire mes 5 à 8 bornes par jour pour aller au boulot ? Avec le Montignac j'étais à 100 ou 200 calories de plus et j'étais épuisée ??? Je me connais, je connais mes limites, ça ne marchera jamais ! ». Là t'as juste répondu : « à votre âge vous ne perdrez jamais de poids si vous ne descendez pas les calories, allez je veux bien aller jusqu'à 1500 ».

Ah ben parce que ça se négocie maintenant les conseils alimentaires ? Hé mais si ça se trouve je serai restée 5 minutes de plus et tu montais à 1700, WAOUHHHH BYZANCE C'EST LA FETE, BROCOLIS POUR TOUT LE MONDE !!!! Le pire c'est que je ne t'ai même pas dit combien de kilos je voulais perdre, si c'était possible. POSSIBLE. Le pire c'est que tu ne m'as même pas dit que la pilule que je prenais POUVAIT en être la responsable. POUVAIT. Tu m'as même demandée si le grignotage était mon problème, j'ai répondu que j'avais supprimé tous les sucres et farines raffinés et que je ne grignotais pas entre les repas, ou alors un fruit ou une poignée d'amandes. Je dois manger grand maxi 2000 calories par jour en marchant une trentaine de kilomètres par semaine et je suis en surpoids, c'est ça qu'il fallait entendre, ça et mes pensées obsessionnelles sur la nourriture qui me rappellent certaines tristes années où j'ai tenté de m'effacer de la planète à coup de régimes hypocaloriques.

Dieu merci je suis une grande fille maintenant, je suis bien entourée et je ne pense pas retomber dans ces sombres années, je suis la seule gênée par mes cuisses qui se touchent et mon ventre qui fait des plis et qui bloblote. Je ne rentre pas dans un bikini et alors ? Je vais essayer de me coacher avec toutes les bonnes volontés qui m'entourent pour quand même limiter les dégâts. Heureusement j'ai lu de chouettes articles qui me déculpabilisent et me laissent de l'espoir, il est a priori possible de perdre un peu de poids sans s'affamer et tomber dans les pommes (ah mais t'as pas l'internet c'est vrai, je suis conne en plus d'avoir des kilos en trop !).

Moi tout ce que je voulais c'était savoir comment manger normalement sans m'épuiser, c'était pourtant pas compliqué il me semble comme requête, madame la grande experte en nutrition.

Partager cet article

Repost 0