Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Billets Dumeur

Le bêtisier du 1er avril

J'aurai du écouter la mère Dumeur. Bon OK c'est elle qui m'a plus ou moins initiée aux terreurs du on-sait-jamais et du coup je flippe dès qu'on me sert un oeuf cru sur des pâtes (quel est le pourcentage de décès lié à la salmonellose ????), mais en même temps des fois elle a raison. Une fois sur trois milliards certes, mais sait-on jamais ?


Oui il allait arriver quelque chose de grave dans mon foutu escalier ciré par cette neunette de femme de ménage (oui c'est que le bois ça se cire ma brave dame. Vous voulez assister à un fist fucking de boite de cirage sur femme de ménage ? Venez un mardi matin quand elle officiera la brave dame, vous me verrez à l'autre bout). De grave je sais pas, en tout cas depuis le premier avril voilà la tronche que je me paie :

 

Eclopage récit (5)

 

Enfin la tronche que ma jambe se paie. Et le petit poisson dessiné dessus par les gypsothérapeutes, c'est pour bien montrer que c'était le premier avril ; a priori j'étais la deuxième de la journée à commettre un gag aussi hilarant dans notre bonne vieille ville de 132 000 habitants. Combien de chances statistiquement de me fracturer la malléole externe en descendant l'escalier me menant vers mon cher travail hein ? Franchement la loose totale c'est bien de se péter la tronche tout ça pour aller bosser, même pas pour une bonne cause tiens.


Alors j'en ai pour un bail à me rétablir, en incluant la rééducation. Oui parce qu'il parait qu'au bout de quelques semaines de plâtrage total, mon genou ne se rappelera plus comment se remettre au taf justement, alors que ça fait 37 ans que je l'entraine. Oui enfin 36 ans et 3 mois vu que ça fait depuis l'âge de 9 mois que je gambade allègrement (mettez une mère Dumeur derrière votre cul, vous verrez ça motive). Donc des semaines - minimum 6, à moins que je me fasse opérer, je n'y ai pas encore échappé - à rester immobilisée at home, étant donné que les escaliers potentiellement meurtriers sont inutilisables avec ma patte folle.


Des semaines à rester cloitrée chez nous. A regarder ça :

 

Eclopage récit (6)

 

Alors mon Auvergnat favori a eu pitié de ma pauvreté visuelle, et il a aménagé mon nouveau bureau pour qu'il me soit plus agréable :

 

Eclopage récit (9)

 

Ca pimente ma vue. Et ça stimule mon imagination dans la perspective d'un prochain entretien avec la femme de ménage. De temps en temps aussi j'ai la chance de le voir passer en boxer en train d'essuyer une assiette. J'ai pas le droit d'y toucher (à l'Auvergnat pas à l'assiette, quoique ça non plus, fini l'essuyage !) sous peine de coucougnettes râpées...  Mes collègues m'avaient prévenue que mariage ne rimait pas avec sexualité épanouie, ben là j'ai reçu comme un avertissement. Un avant goût de ma future situation maritale ! Pas de boogie woogie pendant 6 semaines mes biens chers frères !


Bon alors je cherche toute la journée des lots de consolation. Déjà j'en entrevois pas mal :

 

Eclopage récit (2)

 

Se faire servir comme une reine à tous les repas. Ne plus toucher un balai ou une serpillère pendant 6 semaines. Ne plus voir certaines tronches de gros cons au boulot pendant au moins 6 semaines.

 

Eclopage récit (4)

Utiliser petit copain de substitution jusqu'à satiété et jouer à Farm Frenzy jusqu'à la tendinite du bras droit. Comme ça je serai assortie de ce côté là, j'ai jamais supporté la droite de toute façon. Faire des siestes non stop sans aucune culpabilité du "oh la la comment le week-end est passé viiiiiiiiiiiiiiite !!!!!".


Là le week-end va durer 6 semaines. Au moins. Et si je passe sur le billard, alors là je ne sais même pas pour combien je vais écoper.


Bon ben c'est pas tout ça mais la saison 2 de Malcolm m'attend !

Partager cet article

Repost 0