Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Billets Dumeur

Motherfucker

Foresti

Fuck, it’s so good ! Gordon Ramsay sort de ce corps ! Non mais sérieux, ça fait un bien fou d’entendre pour une fois une femme parler de sa vie de mère, de sa grossesse, de son accouchement, de ses relations avec son homme et de l’éducation de sa fille – et de son état de femme tout court – sans les trémolos dans la voix et sans les sempiternelles pompeuseries qu’on nous serine sur le sujet depuis ces dernières décennies. Et je vous épargne les belles leçons de morale sur la sagesse qui est censée s’acquérir en même temps que le passage d’une tête dans un vagin.

 

Comme le dit Florence Foresti, les femmes qui viennent d’accoucher ont signé un contrat leur interdisant de décrire réellement l’acte en lui-même, sous peine de décourager les primipares suivantes et d’éteindre la race humaine sur la planète. Y’a qu’à voir la tronche de mes collègues depuis que je leur ai annoncé que j’allais me marier : « je suis trop contente, alors tu nous fais un petit dans la foulée ??? C’est merveilleuuuuuuuuuuuuuuuuuxxxxxxx les enfants, c’est de l’or en barre, c’est que du bonheur à la pelleuh ! ». Mais oui c’est ça, au lieu d’essayer de me convaincre à votre cause, vous ne pourriez pas plutôt évoquer le sujet en totalité, y compris les à côtés douloureux ???? Au moins Florence Foresti a l’honnêteté cynique de dire tout haut ce qu’elle a pu ressentir dans son parcours de vie. Non ça ne l’a pas changée. Non elle n’est pas devenue sage et mature tata Kronenbourg. Oui forcément il a fallu revoir quelques préceptes comme de virer les trucs beaux pour des objets pratico-pratiques. Et l’instinct maternel n’existe pas, et faut arrêter de nous faire chier avec ça parce que ça nous culpabilise, nous les mammifères pourvues d'un utérus. Enfin elle, elle le dit de façon plus drôle parce qu’elle est moins énervée que moi, mademoiselle Foresti, sur ce sujet éminemment délicat pour moi ; et mine de rien ça a beau être cynique et égratigner l’image de la femme parfaite qui sait tout faire et endosser merveilleusement ses rôles multiples, le spectacle Motherfucker est à hurler de rire.

 

Ca fait un bien fou et a priori je n’étais pas la seule dans l’assemblée à vivre cela comme un défouloir, où les étiquettes mythiques collées aux femmes depuis des générations ont été franchement mises à mal. Ca rigolait grave dans la salle, autant homme que femme. Peut être plus les femmes quand même. En 1H30 Florence Foresti balaie la jeunesse d’une femme active, de ses bitures sauvages avec virée à la caserne des pompiers, à la ballade forcée au square avec Fillette au bout du bras. D’ailleurs les bambins prennent leur revanche à la fin du spectacle… c’est qu’il faut arrêter de les prendre eux aussi pour des cons !!!!

 

A voir d'urgence histoire de ne pas trop prendre au sérieux tout le mystiscisme auréolant la sainte mère... n'est-ce pas Absolute tata ? Moi j'y retourne en juin !

Partager cet article

Repost 0