Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Billets Dumeur

Proprio c'est pas mal quand même...

24ee4c9803b1ba2f600e81e743a67976

 

La dernière fois, le 28 janvier 2012 précisément, je vous avais laissé en plan avec nos aventures immobilières. J'avais écrit un texte narrant toutes les réactions que nous avions pu avoir à l'annonce de notre achat (allant de "c'est un taudiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis" à "han lala c'est un quartier bobo !"), mais je l'ai vite retiré sur remarques de mon cher et tendre, car j'ai fini par craindre les réactions de personnes de mon entourage blessées alors que ce n'était même pas elles que je visais. Quand je pense à tous les charclages s'étant exercés sur mes blogs disparus antérieurs, je me dis que je me suis parfaitement taffiolisée bordel.

 

Cela fait plus de 5 mois que nous sommes proprios donc et les prémonitions des corbeaux de malheur ne se sont pas produites. Non nous n'avons pas été envahis de blattes cannibales, non l'appartement ne s'est pas transformé en champignonnière humide, non des bambous féroces n'ont pas pris d'assaut la façade de l'immeuble afin de la fissurer violemment. Enfin pas encore. Je les surveille de près faut dire. 

 

Cela fait quelques semaines à peine que je me suis habituée à l'être qui nous hébergent. Il m'a acceptée en tant qu'hôte, et notre cohabitation se fait doucettement et respectueusement. Je le bichonne, je lui parle doucement, je le range souvent, je le ménage j'ai peur qu'il ne me fasse une crasse. Mais ça va mieux. Quand je pense à tous les petits vieux de maison(s) de retraite à qui on demande de s'habituer très très vite et sans vagues à leur nouvel et magnifique environnement absolument pas synonyme de dernière demeure, moi je rétorque dorénavant : "mais moi avec mon espérance de vie à 80 piges j'ai mis plus de 4 mois à m'y faire !!!". A peu près. C'est qu'on voudrait nous presser tout le temps aussi. Pourquoi je n'en sais toujours rien, mais faut s'en remettre vite, vite, vite ! 

 

Alors ça va mieux. Je n'ai plus le coeur qui tachychardise, mon ventre ne fait plus l'alambic à 7 heures du mat, je n'ai - pratiquement - plus le blues de tous les soirs, j'arrive à passer dans mon ancien quartier sans pleurer à chauds bouillons et à rentrer dans le nouveau sans déprimer aussi. Bé oui je me suis taffiolisée je vous dis. Je ne sais pas pourquoi il faut toujours absolument considérer les nouveaux départs comme les plus beaux jours de sa vie ? C'est ce qu'on n'a pas arrêté de me seriner. Pour moi ce fut une petite mort. Mais ayant ressuscité petitement déjà pas mal de fois, là encore je renais modestement.

 

Et maintenant dans ma douce vie revenue (venue devrai-je dire, le "re" est un poil exagéré), je me surprends à faire des trucs de terrien simples, pas loin du hobbit même : noyer les escargots dans la bière, regarder les germes de graines sortir de terre, m'épater d'un bouton de rose qui éclot, cueillir 6 radis et avoir la terrible envie d'appeler son père dans la minute pour lui dire, me rapprocher spirituellement de lui par le vert.

 

Je l'appellerai demain tiens.

 

Je me suis taffiolisée je vous dis.

 

PS : penser à mettre sur la liste des courses un pistolet à eau à destination des greffiers, parce que bon le bucolisme c'est bien joli mais je garde certains aspects du prédateur quand même. Bordel.

 


Partager cet article

Repost 0